Un jour, un mot : Mentor

Ce document est libre de droit avec les conditions explicites
1) Dire de manière non équivoque que vous n’êtes pas l’auteur
2) Citer la source ; http://Lacher-Prise.info
Vous avez le droit de redistribuer en partie ou en extrait cette copie.  

Rappel : en bas de page, les COMmentaires sont ouverts à tous,
Votre avis est important, et vos opinions sont intéressantes.

[TELECHARGER LE TEXTE]


Vers le lexique

Aujourd’hui un mot, demain un jour,Unjourunmot

Mentor,

 

 

 

Ce mot est trop souvent confondu avec « Maître » ou Dominant voir mal interprété comme « Pygmalion ».

Commençons pas l’origine, Mentor est un « prénom », il est le nom d’un personnage.Telemaque
Pas n’importe lequel puisque il fait partie de l’Iliade.
Mentor était un « précepteur », pas de n’importe qui ; de Télémaque.
Les plus cultivés auront fait le lien avec son père héro d’un Odyssée de même nom, narrée pas Homère ; rien que ça.
Les autres auront fait le rapprochement avec un dessin animé de Jean Chalopin sur FR3 ; « Ulysse ».
Ulysse 31 pour les seconds, Ulysse tout court pour les premiers.

« Mentor », le prénom est confondu avec son métier ; précepteur.
Hors dans l’imaginaire un précepteur N EST PAS un « Mentor » de l’imaginaire.
Un précepteur c’est « prof particulier » ; en gros.
Et un mentor est un « guide »… quelqu’un de bienveillant.
Du coup alors que Mentor ET précepteur devraient dire EXACTEMENT la même chose ; dans l’inconscient et l’imaginaire commun, ils désignent deux rôles différents.

louvre-precepteur-son-eleveLe précepteur le prof « casse pied » qui « oblige » à apprendre et apprendre c’est naze.
Le mentor qui est plutôt un mec cool qui veille sur vous, est votre « pote » et vous emmènent « partout ou vos parents ne veulent pas que vous alliez seul ».
En gros.

Par ailleurs le mentor N’EST PAS non plus un pygmalion.
Bien que de nombreuses soumise fantasment d’être Galatée (sans savoir qui elle est).
Pygmalion LUI aussi un personnage, il s’agit de son prénom.
NON il ne s’agit pas d’un « statu » d’un rôle ni d’un métier.
Ce que précepteur est à mentor, sculpteur est à Pygmalion.
Tous les deux grecs, nous voyons ici clairement que le prénom « fantasmé » ne désigne pas du coup le métier ; comme pour Mentor.

Pygmalion-PostersJe vous invite à lire qui est Pygmalion, ceux qui ne sont pas certains se trompent sur leur aprioris.
NON il n’est pas un « bienfaiteur » artiste qui puisse son inspiration dans sa « muse » (Galatée)
-Galatée n’était pas une Muse
– Pygmalion est plus proche de Narcisse que de « l’artiste fou d’amour d’une femme » qui fait pour elle des œuvres et lui dédie sa vie.
C’était un connard carrément égocentrique et vaniteux de son travail qu’il lui donne vie par l’intermédiaire des Dieux ; Aphrodite.
Galatée est donc une oeuvre qui prend vie et non une femme qui « inspire » l’artiste.
Ne trouvant l’amour qui lui convienne, il le crée.
Ce qui devrait faire bondir les féministes et les Soumises.
Il n’y a pire insulte que de déclarer « la femme » comme un “caillou inerte” façonné de la main du « Pygmalion aka Maître Slash Dom ».
Faisant de la Soumise uniquement la « créature » (et non la création) du Pygmalion.

6a0105369b0fde970b0120a5368cee970c-800wiPar ailleurs je vais vous rappeler quelques points factuels sur « Mentor » et son rôle « Social ».
Nous sommes dans la Grèce antique et si vous ne le savez pas la pédérastie est un indicateur de l’élévation sociale du « mentor ».
Plus qu’une mode c’est un mode d’éducation sexuelle.
Le plus curieux iront sur Wikipédia pour compléter leur connaissance.
Ce n’était pas un acte illégal il était même institué dans la loi.
« L’ancien » prenait sous sa responsabilité un jeune homme préadolescent à qui il enseignait pas seulement l’art de la sexualité. Il l’introduisait et ce n’est pas une métaphore dans le cercle de ses amis, de la politique des affaires ; bref de la vie « en société » avec ses arcanes.
Les actes et jeux sexuels n’était pas obligatoire, et selon les cités ils n’étaient pas permis.
Voilà un cliché que vous aviez en tête.

Bref Mentor avait Télémaque sous son aile et pas uniquement pour son éducation en tant que « précepteur » mais aussi comme pédéraste ; que bien sûr vous ne confondrez pas avec « pédé » ou « homosexuel ».
Les pédérastes n’avaient pas obligatoirement de rapport sexuel avec les jeunes du même sexe.
La pédérastie était UNISEXE, les femmes aussi la pratiquaient, avec de jeunes femmes.
Et surtout les « jeunes » n’étaient pas les « amants » au sens du commun du mariage.
Les adultes étaient souvent mariés, et fidèles donc pas obligatoirement homosexuels ni « bi » d’ailleurs.

le-mentorAinsi donc le « Mentor » n’est absolument pas un « guide » au sens où vous l’entendiez, malgré sa bienveillance et l’enseignement prodigué.
Surtout il n’est certainement pas un Pygmalion / Narcisse,
et encore moins un Maître dans le sens « Maître » d’esclave,
et plus qu’un « maître d’école ».

Pour conclure il n’est pas du tout un Dom, dans le sens Dominant,
mais il est un Dom dans le sens du Dominus Rei.

En vous remerciant de votre attention.

Sincèrement,

Dieu

« Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté. »
Confucius

Licence Creative Common.

Licence Creative Common.

Ce document est libre de droit avec les conditions explicites
1) Dire de manière non équivoque que vous n’êtes pas l’auteur
2) Citer la source ; http://Lacher-Prise.info
Vous avez le droit de redistribuer en partie ou en extrait cette copie.

 [TELECHARGER LE TEXTE]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *