Un jour, un mot : Soumission.

Ce document est libre de droit avec les conditions explicites
1) Dire de manière non équivoque que vous n’êtes pas l’auteur
2) Citer la source ; http://Lacher-Prise.info
Vous avez le droit de redistribuer en partie ou en extrait cette copie.  
Rappel : en bas de page, les COMmentaires sont ouverts à tous,
Votre avis est important, et vos opinions sont intéressantes.

[TELECHARGER LE TEXTE]


Vers le lexique

Aujourd’hui un mot, demain un jour,Unjourunmot

Soumission ; Soumettre ou Assujettir ?

 

Je prends la définition et en effet dans les premières propositions en « petit a) » les deux mots sont des quasi synonymes. “Soumettre” et “Assujettir

Mais plus bas, « soumettre » se transforme en « proposer », en « convaincre ».

[stextbox id=”encyclo”]b) Qqn1soumet qqc.2à qqc.3
2. Présenter à l’avis, au jugement, à la décision (de quelqu’un dont on reconnaît l’autorité)
1. Qqn1se soumet.[Corresp. à soumettre I A] Céder, obéir à un principe supérieur ou par contrainte, ne pas offrir de résistance, se résigner
2. Qqn1se soumet à qqn3/qqc.3[Corresp. à soumettre I B; qqn3/qqc.3désigne une pers., un coll., un inanimé abstr.]Céder, obéir de manière volontaire ou parce que l’on y est contraint, à quelqu’un ou quelque chose dont on reconnaît la force, l’autorité, la nécessité.
[/stextbox]

Là où l’assujettissement reste une réelle contrainte, assujettir le cheval de son joug, par exemple.

SoumissionLa Soumission signifie bien que la Soumise (le Soumis) SE soumet, se résigne, fait acte de reddition consentie.
Elle accepte librement d’être « dépendante » de lui, et de se lier à lui. Le Dom accepte aussi qu’elle soit liée à lui et s’occuper d’elle.
La Soumise est capable à se gérer elle même, elle ne cède pas à un palliatif et ce n’est pas un substitut.
Par Sa Soumission elle reconnait en son Dom cette autorité. Non, pas comme d’une hiérarchie mais bien comme une tutelle de probité.
Elle est reconnaissante qu’il se charge d’elle, prenne soin d’elle, et lui aime cette obligation.
C’est volontairement qu’est acceptée, ou plutôt offerte cette soumission,

Il faut énormément de personnalité et de caractère,
Car il s’agit d’un cadeau, précieux avant toute chose.

La Soumise confie entre ses mains Sa liberté, les paumes précieusement ouverte vers le haut
Qu’il ne faille écraser ce don offert et qu’elle puisse reprendre à tout moment ce qui est remis.

Pour ma part j’aime le bijou tout autant que le symbole ; déposer mon collier à son cou. C’est bien sa charge et non sa dignité que j’accepte sous ma protection.

Voila ma définition du verbe Soumettre et son substantif féminin.
[stextbox id=”jaimebdsm”] Je vous invite à lire ;

  1. Déroulement et stades de la relation
  2.  Les types de colliers, leur différences
  3. Etre ou jouer à en être telle est la question.
  4. Vanille ou Chocolat ?

Vous pouvez aussi venir consulter le lexique : Vers le lexique [/stextbox]

[stextbox id=”LiensH”]Je vous propose : 1ere épitre de Saint Paul apôtre aux Corinthiens 7-3 7-4
Je vous propose un petit QCM Etes-vous soumise ou joueuse ? qui provient de « esprit-o.com »[/stextbox]

[stextbox id=”jaime”]

Le Lexique.
Un jour Un mot !

[/stextbox]

En vous remerciant de votre attention.

Sincèrement,

Dieu

« Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté. »
Confucius

Licence Creative Common.

Licence Creative Common.

Ce document est libre de droit avec les conditions explicites
1) Dire de manière non équivoque que vous n’êtes pas l’auteur
2) Citer la source ; http://Lacher-Prise.info
Vous avez le droit de redistribuer en partie ou en extrait cette copie.

 [TELECHARGER LE TEXTE]

 

Fleur bleue.

 

Oser et rêver,

 

«Je ne m’intéresse pas à la façon dont tu gagnes ta vie,
Je veux savoir à quoi tu aspires,
Et si tu oses rêver de réaliser le désir ardent de ton cœur.
Je ne m’intéresse pas à ton âge.
Je veux savoir, si pour la quête de l’amour et de tes rêves,
Pour l’aventure de te sentir vivre,
Tu prendras le risque d’être considérée comme folle.
Je ne m’intéresse pas aux astres qui croisent ta lune.
Je veux savoir si tu as touché le centre de ta propre souffrance,
Si les trahisons vécues t’ont ouverte,
Ou si tu t’es fanée et renfermée par craintes de blessures ultérieures.
Je veux savoir si tu peux vivre avec la douleur, la tienne ou la mienne,
Sans t’agiter pour la cacher, l’amoindrir ou la fixer.
Je veux savoir si tu peux vivre avec la joie, la tienne ou la mienne,
Si tu oses danser, envahie par l’extase jusqu’au bout des doigts et des orteils
Sans être prudente ou réaliste et sans te souvenir des conventions du genre humain.
Je ne m’intéresse pas à la véracité de l’histoire que tu racontes.
Je veux savoir si tu es capable de décevoir quelqu’un pour rester fidèle à toi-même,
Si tu supportes l’accusation d’une trahison, sans pour autant devenir infidèle à ton âme.
Je veux savoir si tu sais faire confiance, et si tu es digne de confiance.
Je veux savoir si tu peux voir la beauté, même lors des jours sombres.
Et si tu peux trouver la source de ta vie dans la présence de cette beauté;
Je veux savoir si tu peux vivre avec l’échec, le tien ou le mien,
Et malgré cela rester debout au bord du lac
Et crier: « Oui ! » au disque argenté de la lune.
Je ne m’intéresse pas à l’endroit où tu vis ni à la quantité d’argent que tu as.
Je veux savoir si après une nuit de chagrin et de désespoir,
Tu peux te lever et faire ce qui est nécessaire pour les enfants.
Je ne m’intéresse pas à ce que tu es, ni comment tu es arrivée ici.
Je veux savoir si tu peux rester au centre du feu avec moi, sans reculer.
Je ne m’intéresse pas à ce que tu as étudié, ni où, ni avec qui.
Je veux savoir ce qui te soutient à l’intérieur, lorsque tout le reste s’écroule.
Je veux savoir si tu peux être seul avec toi-même,
Et si tu aimes véritablement la compagnie de tes moments vides. »