Maître selon moi.

Ce document est libre de droit avec les conditions explicites
1) Dire de manière non équivoque que vous n’êtes pas l’auteur
2) Citer la source ; http://Lacher-Prise.info
Vous avez le droit de redistribuer en partie ou en extrait cette copie.

Rappel : en bas de page, les COMmentaires sont ouverts à tous,
Votre avis est important, et vos opinions sont intéressantes.

[TELECHARGER LE TEXTE]


La réflexion de cet article remonte à plusieurs lustres, sa rédaction d’un seul.
Aujourd’hui, je le publie.


Etymologie :

Introduction et sens :

Le mot « maître » s’applique aussi pour son pendant féminin, « maîtresse ».
Cependant le féminin de « maître », il n’a usuellement pas le même sens.
La « maîtresse » est l’amante et certainement pas la « Domina » dans notre langage commun.
Voilà un archétype.

Nous allons admettre que je suis un homme, je vais donc parler au masculin et que nous traitons du même sens, sinon je vais digresser.
J’emploierai donc « maître » pour désigner la fonction et non le sexe.

 

Pourquoi je n’aime pas ce mot :

Entendez tout d’abord qu’il s’agisse de mes goûts et ne sont donc pas discutables, je n’aime pas.
Je n’aime pas en cela ce mot que je le trouve insultant, pour diverses raisons.

Lire la Suite.

La poule et l’œuf.

Ce document est libre de droit avec les conditions explicites
1) Dire de manière non équivoque que vous n’êtes pas l’auteur
2) Citer la source ; http://Lacher-Prise.info
Vous avez le droit de redistribuer en partie ou en extrait cette copie.

Rappel : en bas de page, les COMmentaires sont ouverts à tous,
Votre avis est important, et vos opinions sont intéressantes.

[TELECHARGER LE TEXTE]


Le paralogisme de la poule et l’œuf.

 

[stextbox id=”mesyeux”]

Appelé le “fameux paradoxe” il s’agit d’un sophisme, de type particulier : au mieux apagogie au pire paralogisme (souvent le second).

Fallacieux car sophisme il s’appui sur les apparences sur syllogisme.[/stextbox]

 

Regardons de près le mensonge.
A) Dans quel but est utilisé cette fausse démonstration

B) Comment ce paradoxe est faux

 

 

Lire la Suite.

Principe et truisme.

Ce document est libre de droit avec les conditions explicites
1) Dire de manière non équivoque que vous n’êtes pas l’auteur
2) Citer la source ; http://Lacher-Prise.info
Vous avez le droit de redistribuer en partie ou en extrait cette copie.

Rappel : en bas de page, les COMmentaires sont ouverts à tous,
Votre avis est important, et vos opinions sont intéressantes.

 

Bonjour,

 

Mon paradigme,

 

Vous l’avez peut-être lu dans la “note du fondateur“,

je me présente « Dieu » je suis le « membre » initiateur de ce projet.

Il a démarré vers 2000, 2002 dans mon souhait.

Ne trouvant pas d’espace d’expression et étant (déjà) las de la Troll-attitude.

Je désirais pouvoir avoir et offrir un lieu de liberté, la vraie et de partage, le vrai.

 

De sorte qu’on puisse échanger les idées sans en faire une confrontation d’idéologie.

Que le point de vue d’une personne soit une « opinion », ce qui n’est pas un délit : comme nous en protège l’article X du préambule de notre constitution Française , la déclaration des droits de l’homme.

Les opinions ni les idées ni la religion ne sont un délit et les partager sinon les échanger est enrichissant.

Que cette co-sanguinité « pseudo-domatigue » entendez « croyance » du monde BDSM n’est pas saine.

C’est au contraire dans la diversité et la différence que nous nous enrichissons les uns des autres.

 

Par manque de temps comme de paresse je n’ai pas initié ce projet.

En 2010 j’ai mis réellement en germe ce projet, entre temps j’ai croisé un site web qui je le pensais pouvait être ce que je recherchais, il ne le fut pas d’ailleurs il n’existe plus.

Mon germe s’est mis en repos, les bases étaient posées déjà, la « constitution ».

 

Ne trouvant pas ce que je souhaite :  je le crée.

Je prends soin de ce projet et je tente de le faire grandir.

En déposant des articles pertinents, des photos et en ouvrant un forum.

Un forum dans une agora, le symbole est fort, « Démocratie » (Grecque) et République (Romaine).

 

De ce projet il y a une seule est unique condition irréfragable : que je n’ai AUCUN pouvoir sur le site.

Certes : le site est créée sur mes propres denier et mon temps personnel.

J’en suis le « propriétaire » de fait et je gestionnaire « technique ».

Cependant en consultant mon profil vous constaterez que je suis un « simple » membre.

C’est mon unique condition : être dépossédé de tout « pouvoir » à l’égard de la vie du site.

De sorte que je ne puisse pas avoir plus de « pouvoir » que j’en ai déjà. (par le fait)

 

Je ne serais donc pas celui qui modérera les propos, les échanges, je ne souhaite pas qu’il y ait de censure (*) ni être en capacité à le faire.

 

C’est j’en suis convaincu la garantie du bon fonctionnement, tant à mon égard que dans la confiance qu’on portera à la notoriété de cet endroit.

 

Si lorsque j’écris « je n’aime pas » vous lisez « je déteste », peut-être vous trompez vous d’endroit. Vous êtes entré ici librement, aussi libre que d’en sortir.

 

Du respect à gagner j’accorde à priori de la considération pour tout le monde.

Charge à la personne de monter dans l’estime, qui permettra au respect mutuel,

 

Sincèrement,

Dieu

Licence Creative Common.

Licence Creative Common.

Ce document est libre de droit avec les conditions explicites
1) Dire de manière non équivoque que vous n’êtes pas l’auteur
2) Citer la source ; http://Lacher-Prise.info
Vous avez le droit de redistribuer en partie ou en extrait cette copie.

(*) vous connaissez l’unique règle.

Rappel à la loi.

 
 

Les “lois” BDSM sont soumises aux lois Françaises.

 

Je me permets de reprendre des éléments de bases qui me sont chers et dans la logique de ma doctrine.

En effet seuls les mini-maîtres ou pseudo-dogmatistes affirmeront à hue et à dia que rien n’est au dessus de “leur” loi.

« Hé ben si : le législateur mon bon mossio. »

En effet rien ni personne ne peut se substituer à la loi de notre pays ni de sa constitution.

En voici le rappel de nos libertés (certes) mais aussi de nos obligations et de nos devoirs “universels”.

(Ceci s’adresse aussi aux femmes, malgrè le titre).


Constitution de la République française

 

Article PREAMBULE
(…)
Le Peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’Homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils sont définis par la Déclaration de 1789.( NdlR : reprise ci dessous)

DÉCLARATION DES DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN DE 1789

[stextbox id=”grey”]Aller à l’article : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17[/stextbox]

Article premier

Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

Article II

Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.

Article III

Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.

Article IV

La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société, la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.

Article V

La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas.

Article VI

La Loi est l’expression de la volonté générale. Tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Représentants, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.

Article VII

Nul homme ne peut être accusé, arrêté, ni détenu que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu’elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ; mais tout Citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi doit obéir à l’instant : il se rend coupable par la résistance.

Article VIII

La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu’en vertu d’une Loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.

Article IX

Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable, s’il est jugé indispensable de l’arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s’assurer de sa personne, doit être sévèrement réprimée par la Loi.

Article X

Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi.

Article XI

La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi.

Article XII

La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.

Article XIII

Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les Citoyens, en raison de leurs facultés.

Article XIV

Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs Représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.

Article XV

La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration.

Article XVI

Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.

Article XVII

La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.

En vous remerciant de votre attention.

Sincèrement,

Dieu

Licence Creative Common.


Licence Creative Common.