Pas une théorie mais une doctrine.

Préambule, je ne sais pas ce que vous entendez, mais le ministre dit :

double-contrainte-double-bind-smallIl n’y a pas de demande [VOIR LA VIDEO]…” debout au milieu de l’hémicycle, devant ses pairs et la caméra de LCP [REGARDER LA VIDEO].

Et d’un autre côté je lis
Le principe est le suivant :
– Inviter filles et garçons, élèves et adultes, le temps d’une“ journée évènement” à porter une jupe ou un auto-
collant “je lutte contre le sexisme, et vous ?”
SOURCE : ac-nantes.fr (*)

 

 


Premièrement le ministre se fout ouvertement de notre gu… jouant sur les mots :
Ce n’est pas une “demande“, mais une “invitation” ! WTF !!!!

« Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté. »
Confucius 

Ensuite je ne comprends pas,
Pourquoi cacher quelque chose s’il n’y a rien à cacher !
C’est l’argument massue HADOPI / contre le terrorisme !
(Les documents ont été supprimés des serveurs « ouaibe » mais la toile à cela de cruel qu’elle conservent tout, merci PRISM et ECHELLON. Cliquez sur le lien pour lire.)

mensonge-56267Surtout pourquoi mentir dans l’hémicycle devant ses pairs ?
Pris en flagrant de délire de mensonge moi j’aurai aimé de « notre » ministre :
Oui nous avons émis des documents pour soutenir cette journée qui a vu sa première édition l’an dernier et personne ne s’en est offusqué LMPT en premier lieu...
Pourquoi ne pas assumer les actes !?
Quel ‘mal’ a-t-il à valoriser l’égalité des droits.
Qu’est ce qui est « mauvais » dans l’acte d’éducation et aider les garçons à “comprendre”
(bon je ne suis pas sûr que porter une jupe va aider les garçons ni les filles à se comprendre les uns les autres)
-Les filles ne comprendrons pas la « compétition » qui pèse sur nos épaules de mâles,
-Les garçons ne comprendrons jamais le rôle social de la « beauté apparente » chez les files.

L’accadémie et le rectorat ont émis ces documents et INVITENT à porter la jupe (ne demandent pas).
Ceci est un fait.
L’accadémie et le rectorat, dépendent… du ministère et de son ministre de l’éducation.
Ceci est un fait, également.

 

Voila pour le premier coup de gueule.

Ensuite l’enfumage et désinformation « Théorie du Genre ».
Je suis très très stupide « théorie » je ne sais pas si vous parlez « Français » comme moi, mais théorie signifie.

théorie-réalitéEn effet une théorie est « spéculative » avant toute chose.
Elle est basée sur un « protocole » : « on va faire ceci, cela et encore çà, de telles et telles manières »
« Et on va voir ce que ça fait »…
Finalement on confronte la « Théorie » à la réalité.
Vous connaissez tous de nom la « Théorie de le relativité » qui est une ‘Théorie’ qui a été confrontée à la réalité et s’avère solidement vérifiée ET vérifiable.

La « Théorie du genre » n’en est pas une.
On a à faire à des la croyances, des convictions et des opinions.
RAPPEL aux protecteurs de la liberté pouvez-vous me citer l’article X de la déclaration des droits de l’homme (1789) qui est en préambule de notre constitution d’Etat ?
Bien ce rappel fait : « une opinion » N EST PAS UN DELIT.
“Penser” en 2014 n’est pas un acte illégal.
Et je vais inviter ces terroristes de la « libre » pensée qui prennent l’intelligence des gens en otage, à lire ou re-lire 1984.

article_maternite

Cliquez sur l’image pour voir le reportage

La « théorie du genre » est donc un dogme ou une doctrine appuyée par de la propagande.
Si ces mots vous choquent c’est que déjà ici il y a un problème d’enfumage et de sémantique.
(J’ai fait l’effort de mettre des liens sur les mots et de remettre les choses à leur place : un chat s’appelle un chat.)
La théorie du « genre » se heurte de plein fouet dès son premier argument à la réalité.
La doctrine du genre veut nous dire en gros « tous égaux nous sommes tous pareils ».
Bref nous sommes asexués.
Il suffit de regarder dans sa culotte ou de son pantalon pour se rendre compte que nous avons un sexe.
Et je vous invite même à vous rendre dans des maternités, vous verrez, les bébés « arrivent » par des sexes de femmes.
Les choux et les roses… est un mensonge, je suis désolé d’avoir tué le mythe.

Donc ici la théorie à déjà tort.
Ensuite il suffit pour toutes les femmes de papoter entres elles.
Il y a TOUJOURS une copine parmi elles qui peut « manger n’importe quoi sans grossir ».
Cette femme existe et les autres en sont jalouses. 😉

anatomie-morphotype-corps-physique-de-rêve--1024x495

Entre femmes ET entre hommes nous ne sommes pas « égaux ».
NOUS SOMMES DIFFERENTS.
Comment des « genres » qui ne sont pas égaux en leur propre sein « PEUVENT » et « DOIVENT », être égaux, c’est ce qu’affirme la doctrine ?!

 

 

anatomie-comple-te-h-f-6799.png-6799-660x660

[ CLIQUEZ POUR VOIR LA VIDEO ]

Je suis presque d’accord sur l’anathème du « ouai mais en fait on parle de l’égalité des droits ».
Oui ! et pourquoi ne pas le dire !? Il n’y a pas assez de caractères ? vous êtes sur Twitter et vous êtes limités à 144 ?! »
Pourquoi la doctrine du non-genre… Le non-genre est le contraire du genre et de la différence.
La doctrine du non-genre prône l’égalité et l’uniformisation.
Et ce n’est pas en invitant les garçons « à porter la jupe comme le filles » que cette doctrine se fait vertueuse… elle explique par l’exemple que « les petits garçons doivent s’habiller comme des petites filles ».
Donc d’avoir le « même » uniforme (vestimentaire).

La doctrine du non-genre prône par les faits l’uniformité, que tout le monde porte les mêmes (types) d’habits et elle nie ce qui existe : la réalité, une vulve ou un pénis entre vos cuisses.

 

Je reviens sur l’anathème des « droits ». On nous ressert l’enfumage des « droits ».
Pourquoi, si la doctrine du non-genre veut faire valoir une égalité des droits pourquoi ne l’affiche-t-elle pas en PREMIER argument ?!
C’est l’argument le plus vertueux et imparable.
(Quoi que je préfère « équité » des droits.)

corps_humain-25c3258atre_humain-anatomie_humaine1En effet MOI, je ne veux pas avoir les même droits qu’une femme, ou je ne veux pas qu’une femme ait les même droits que moi.
Cela signifierait qu’un employeur pourrait licencier une femme qui ne viendrait plus travailler pour une période de TROIS mois.
Une personne qui ne viendrait plus travailler pendant trois mois, l’employeur la licencierait.
Mais moi je ne veux pas çà !
En effet une femme en vers et contre la doctrine du non-genre, une femme fait des bébés !
Et pendant trois mois elle ne peut « physiquement » et moralement pas aller bosser. (ou ne veut pas !)
Moi je veux que la femme ait des droits « supérieurs », ou différents des miens.
Pour la protéger pour affirmer sa différences réelle.
Comme je ne veux pas avoir les « mêmes » droits qu’un handicapé.
Je veux que cet handicapé ait des droits qui le protège.
Je veux que ces droits « différents » permettent à nos différences de vivre de manière équitable.
Nous ne pourrons JAMAIS être égaux.
Un aveugle ne vas pas retrouver la vue avec une loi.
Mais une loi peut l’aider et le protéger, face à un employeur, puisque nous sommes dans un système capitaliste.
Des lois et des “arrangements” vont permettre à l’aveugle de vivre plus agréablement.

Et j’achève ici la doctrine du non-genre qui se pare d’un « cache sexe » sur les droits et en derniers arguments affirme sans chiffres ni études : « à travail égal, salaire égal »… et là c’est le drame.

femme homme différences

Cliquez sur l’image pour voir le reportage

Voyons imaginons JE suis employeur j’ai deux personnes à recruter pour un poste…
Au hasard « infirmière », c’est un poste majoritairement de femmes.
Je vais prendre laquelle ? Celle qui me coûte le moins cher.
Les employeurs vont en premier lieu se tourner vers le « coût » que vers l’expérience.
L’infirmière expérimentée, DONC plus âgée aura un salaire plus élevée que la rookie jeune recrue.
Et entre les deux femmes c’est la femme qui sera choisi, celle qui sera payée la moins cher : la “jeune”, pas la “vieille”.
(Qu’on me démontre le contraire avec joie)
Dans l’argument de la doctrine du non-genre, donc l’ économie de marché emploierait les personnes au salaire moindre : les femmes !
Hors ENCORE la réalité rattrape la doctrine du non-genre.
Les femmes ne sont pas sur embauchées pour un même travail a salaire inférieur.

En revanche les féministes radicales on ne les entend pas dire « vous avez vu il n’y a (presque) que des caissières aux supermarchés ».
Ici, tous les lecteurs en toute honnêteté peuvent constater cette réalité, les « hôtesse d’accueil » ; caissières sont presque que des femmes, il y a peu d’hommes.
traitement-celullite-femme-hommeOù est doctrine du non-genre ici ?
Pourquoi ne s’insurge on pas pour qu’il y ait plus d’hommes que de femmes en caisse ?
Pas assez de femmes “plombier” ou “maçons”…
Pourquoi ne pas faire venir plus d’hommes aux écoles, petites écoles, allez chercher vos enfants en maternelle et primaire, et comptez.
Simplement regardez la réalité, y a t il beaucoup d’hommes dans ces « sections » !?

Stereotypes-hommes-femmes-cliches-141615_L

Cliquez sur l’image pour voir le reportage

Peut-être… et ici j’avance une théorie qu’il faudrait vérifier.
Peut-être que ces féministes radicales ne sont pas « non-cadre » ?!
Peut-être que ces personnes qui anone sur la doctrine du non-genre sont des personnes qui ont un peu plus que trois fois le RSA en revenu de salaire ?!
Veulent elles une réelle égalité à des compétences égales ou simplement lorgnent elles des « places de prestige » ?!
Que défend comme emplois la doctrine du non-genre ? Les petits emplois et les bas salaires ?
Ou plutôt des places aux sénat ou des places de “responsabilité” ; de cadres.
Des postes à salaire “élevés” genre 40 ou 60 k€, mais certainement pas des salaires de 1000€ par mois.
Qu’elles “femmes” sont réellement défendues ? La femme de ménage ou la femme manager ?!

 

J’ai en brouillon encore un article “sexisme 2.0” je vais finir de l’actualiser et de le publier.

« Ne te crois point si important que les autres te paraissent insignifiants. »

Voila mon recadrage a fait un peu plus de 144 caractères mais nous ne sommes pas sur Tweeter ni facebook.
Ma colère et peste rage, sont passés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *